L’anarchisme est une philosophie qui, au fil des ans, a souvent été gravement incomprise, en grande partie grâce aux efforts de ses ennemis. Mais la situation semble pire que jamais aujourd’hui, dans la mesure où même ceux qui se disent anarchistes n’ont parfois pas une compréhension claire de ce que cela implique. Parfois, ils acceptent la version de bande dessinée de l’anarchisme qui nous est présentée par les médias grand public et contribuent ainsi à perpétuer cette parodie. Parfois, ils sapent le sens même de l’anarchisme en essayant de le combiner avec une philosophie politique avec laquelle il est totalement incompatible, comme le capitalisme, le libéralisme, le postmodernisme, le marxisme, le nationalisme ou la politique de l’identité “raciale”.


Par anarchisme réel, nous entendons une vision anarchiste non brouillée par une confusion d’autres idées et influences, un point de vue anarchiste qui est fort et cohérent parce qu’il est construit sur la pierre de fondation de la philosophie anarchiste. L’anarchisme, en tant que mouvement politique, est condamné à se désintégrer et à disparaître s’il ne parvient pas à se reconnecter aux racines de sa propre vision du monde.


L’anarchie vient des termes grecs arkh qui signifie “dirigeant” et an- qui signifie “sans” : elle désigne donc une société sans dirigeants. Un anarchiste est quelqu’un qui pense que nous devrions vivre sans règles et qui essaie de pousser la société dans cette direction. Notez qu’un anarchiste n’est pas seulement quelqu’un qui pense que nous pourrions éventuellement vivre sans dirigeants, dans certaines circonstances et si certaines conditions étaient remplies, mais quelqu’un qui pense qu’il est préférable de vivre sans dirigeants.


La question évidente qui vient à l’esprit est la suivante : pourquoi les anarchistes pensent-ils qu’il serait préférable de vivre dans une société sans dirigeants, sans gouvernement ? Après tout, la plupart d’entre nous ont été élevés dans la croyance qu’un État, la règle de droit, etc. sont nécessaires à notre bien-être et à notre protection. On peut discuter de l’étendue du pouvoir de l’État ou de la manière dont il doit l’utiliser, mais la nécessité d’une certaine forme d’autorité en charge de notre société ne fait aucun doute. Les gens supposent que sans gouvernement, la société humaine s’effondrerait dans le chaos, tout le monde se piétinant les uns les autres dans un monde brutal de type “chien-mange-chien”. Le mot “anarchie” est souvent utilisé de cette manière par les non-anarchistes. Ils parlent d’une peur que nous pourrions “descendre dans l’anarchie”.


De ce point de vue, le point de vue anarchiste n’a aucun sens. Une conclusion courante est que les anarchistes doivent être désespérément naïfs pour croire qu’il serait possible de se débarrasser de l’autorité sans conséquences désastreuses. Une autre réaction est que les anarchistes doivent être des personnes à l’esprit destructeur et violent, qui veulent activement que la société glisse dans une condition cauchemardesque de chaos. En fait, ces deux représentations des anarchistes sont utilisées de manière assez interchangeable par nos ennemis, en particulier dans les médias grand public, selon les besoins du moment. Un jour, les anarchistes sont une bande d’idéalistes à l’esprit nébuleux, complètement détachés du “monde réel”, s’accrochant stupidement à un fantasme enfantin de société sans État. Le lendemain, ils sont une bande sinistre et violente de sociopathes, qui complotent dans la clandestinité pour semer le chaos et détruire tout ce qui est bon dans la société.


Derrière tout ce malentendu et cette déformation de la position anarchiste se cache l’importante question de la façon dont nous considérons la nature humaine. Si vous pensez que les humains sont naturellement égoïstes, avides et violents, vous soutiendrez qu’ils ont besoin de la structure d’un État pour les contrôler. Si vous croyez que la nature humaine n’existe pas et que nous sommes entièrement façonnés par l’environnement dans lequel nous grandissons, alors vous serez désireux de vous assurer que l’environnement correct est fourni et vous pourriez bien vous tourner vers une sorte d’État pour y parvenir.


Mais qu’en est-il si vous croyez que les humains ont une tendance naturelle à la coopération plutôt qu’à la compétition, à l’aide mutuelle plutôt qu’au vol mutuel ? C’est le point de vue anarchiste, exposé par l’anarchiste russe Peter Kropotkin dans son chef-d’œuvre de 1902, L’Entraide. Dans ce cas, vous ne croyez manifestement pas qu’un État soit nécessaire pour maintenir la cohésion de la société, car cela se produit naturellement de l’intérieur, en raison de cette tendance à la coopération.


Cette différence entre les points de vue étatiste et anarchiste est fondamentale. C’est le point où l’anarchisme diverge de toutes les autres philosophies politiques. Il est donc crucial de comprendre pourquoi Kropotkine et les autres anarchistes ont cette vision particulière de la nature humaine. Kropotkine a clairement indiqué dans L’Entraide, et ailleurs, que ce n’est pas seulement la nature humaine qu’il décrit. Tous les animaux montrent la même tendance à coopérer, simplement parce que cela a du sens. C’est ainsi que les espèces, y compris l’espèce humaine, survivent et prospèrent – en travaillant ensemble et en veillant aux intérêts des autres. L’auteur précise qu’il ne s’agit que d’une tendance qu’il décrit. Il existe de nombreux exemples de compétition dans la nature, ainsi que dans la société humaine. Les anarchistes ne suggèrent pas qu’une future société anarchiste n’impliquerait jamais de conflit entre individus ou groupes. Mais le modèle général reste celui de la coopération.


Ce potentiel et cette tendance naturelle à la coopération et à l’entraide se fondent sur notre appartenance au monde naturel, où la coopération demeure intacte en tant que règle générale de vie. C’est une continuation de la nature au sein de l’humanité, l’extension de la structure organique de la nature dans le domaine des affaires humaines. Une société humaine sans État peut se maintenir parce que c’est ce qu’elle a évolué pour le faire, avant que l’ère moderne des hiérarchies ne déforme nos modes de vie.


La pensée dite anarchiste des dernières décennies a été trop influencée par d’autres idées philosophiques qui ne partagent pas ses racines. Il est à la mode dans certains milieux de rejeter l’idée de “nature”, en particulier lorsqu’elle est appliquée aux êtres humains. Elle est considérée à tort comme une sorte de restriction appliquée aux individus de l’extérieur, une tentative de les rendre conformes au modèle de quelqu’un d’autre. L’utilisation abusive par la droite des mots “naturel” et “contre nature” pour décrire des comportements ou des façons d’être considérés comme acceptables ou inacceptables par certains groupes n’arrange rien. Cela n’a rien à voir avec la nature réelle, qui est simplement le monde vivant dont nous faisons partie.


La nature est au cœur de la véritable pensée anarchiste. L’idée d’un état naturel de liberté qui nous a été volé par les états, les églises et d’autres formes de domination sous-tend toute la tradition anarchiste. Les anarchistes ne cessent d’écrire qu’il faut supprimer les contraintes de l’État, afin que nous puissions nous organiser en sociétés coopératives où nous aurons toujours la possibilité de nous épanouir.


Pour la plupart des gens aujourd’hui, l’existence d’un État est acceptée comme quelque chose de nécessaire au bien-être général de l’humanité. Mais que représente l’État pour les anarchistes ? Si la société humaine fonctionne naturellement bien par elle-même, et que quelque chose vient interférer avec ce fonctionnement naturel, alors cette chose est un problème. Oui, l’État est inutile, mais c’est encore pire que cela. Il nous empêche en fait de vivre comme nous devrions vivre. L’État est une vraie menace pour le bien-être humain.


Des comparaisons sont parfois faites entre l’anarchisme et l’ancienne philosophie chinoise du taoïsme. Le taoïsme décrit un flux naturel du monde qui peut être bloqué et perturbé par toute tentative de le contrôler, même bien intentionnée.


Pour ceux qui considèrent l’anarchie comme une condition naturelle et souhaitable de l’humanité, toute forme d’autorité est considérée comme contre nature et indésirable. C’est la base de la position anarchiste. Alors que ceux qui sont au pouvoir considèrent que les anarchistes veulent mettre leur monde à l’envers, les anarchistes considèrent que le monde actuel est déjà à l’envers et veulent le remettre dans le bon sens, comme il doit l’être.
Vues du point de vue anarchiste (du bon côté), toutes les structures de notre société actuelle prennent un aspect différent. Elles se révèlent être des moyens de nous maintenir en esclavage et de nous cacher la vérité sur notre situation difficile. En voici quelques exemples.


L’État. Les anarchistes considèrent l’État comme une imposition épouvantable. Un groupe de personnes puissantes déclare avoir une sorte de droit à l’autorité, dit aux gens qu’ils ont besoin de cette autorité, et ensuite force les gens à leur obéir. C’est inacceptable.


La propriété. Les puissants qui dirigent l’État prétendent également “posséder” des parties de la surface de la Terre et en exclure d’autres de ces zones.


La loi. C’est de cette manière que tous les vols et la domination sont justifiés, déguisés et imposés. La loi remplace le principe du “bien” et du “mal” par des définitions étroites du “légal” et de l'”illégal” qui conviennent aux intérêts de ceux qui dirigent l’État, possèdent les richesses et écrivent les lois.


La police. Elle est le moyen physique par lequel les personnes puissantes qui dirigent l’État font respecter violemment l’obéissance à leur système.


La “nation”. Le concept de “nation” est un concept faux, conçu pour donner une légitimité à l’existence d’états contrôlant des territoires particuliers. Il est évident qu’il existe des identités culturelles et linguistiques fluides à travers le monde, qui doivent être défendues contre l’impérialisme étatique et la centralisation, mais les anarchistes rejettent toute idée que ces identités sont fixes ou que les humains peuvent être définis par des étiquettes nationales ou raciales.


“Démocratie”. Pour cacher la réalité derrière leur vol et leur domination, les puissants derrière l’État ont construit une façade élaborée de soi-disant “démocratie” pour persuader la majorité dépossédée qu’elle a, en fait, son mot à dire dans la gestion de la société. L’utilité de l’illusion de la “démocratie” est de parer à la nécessité d’une répression violente constante du public.


L’objectif principal des puissants derrière l’État a toujours été d’accroître leur richesse et leur pouvoir aux dépens de tous les autres. Ils déguisent cet objectif en le décrivant comme un “progrès”, un “développement” ou une “croissance économique”.


Afin d’accroître leur propre richesse, la classe dirigeante a volé au reste de l’humanité la possibilité de vivre librement des fruits naturels de la terre et nous a piégés dans un système complexe d’asservissement basé sur l’argent. L’idée de base est que soit vous devenez un esclave de leur système, soit vous mourrez de faim. Pour encourager la soumission volontaire, on nous a appris à penser que toute forme d’emploi rémunéré a une valeur positive, quel que soit le travail effectué. De même, l’accumulation d’argent et de biens est présentée comme louable en soi, et confère un statut social.


L’augmentation de la richesse de la classe dirigeante – ou “croissance économique” comme ils l’appellent – est présentée comme une priorité incontestable, justifiant une exploitation sans fin et toujours croissante de la vie sous toutes ses formes.


Les anarchistes rejettent cette rhétorique, et tout ce qui l’accompagne. Nous avons notre propre ensemble de valeurs qui n’ont rien à voir avec les “valeurs” fausses et intéressées du monde de l’argent.


L’éthique constitue une partie importante de la vision anarchiste. Il y a déjà une dimension éthique dans l’idée de base d’un mode de vie coopératif fondé sur l’aide mutuelle. Mais les vrais anarchistes vont plus loin en considérant un sens des valeurs qui va naturellement de pair avec l’idée d’une société anarchiste organique et autogérée. Ces valeurs fournissent une structure éthique à cette société ; elles sont le tissu qui la rend possible. Ce concept de base a été partagé par de nombreuses cultures dans l’histoire de l’humanité. Il s’agit du Tao chinois, de l’idée indienne du dharma ou de l’ordre cosmique, ou encore du sumak kawsay indigène sud-américain ou de la “bonne façon de vivre”.


Ce dharma anarchiste est la clé de la supériorité de la société anarchiste. En plus d’avoir naturellement tendance à coopérer, pour leur survie et leur bien-être, les humains ont tendance à être guidés par certaines valeurs qui aident à construire des sociétés harmonieuses et durables. Le respect de l’autre, le respect des autres créatures, des arbres, des plantes et des rivières. Ces valeurs sont courantes parmi nous mais ne sont pas autorisées à se manifester et à guider la direction de nos sociétés, à cause de toutes les fausses structures qui nous sont imposées.


Libérer l’humanité du joug de l’État et de l’asservissement nous permettrait également de vivre selon les valeurs qui nous viennent naturellement, plutôt que d’être contraints d’obéir aux lois qui nous sont imposées par la minorité esclavagiste.


Les personnes qui découvrent les idées anarchistes se méprennent souvent sur le rôle de l’individu dans la philosophie anarchiste. L’accent mis sur la liberté individuelle conduit certains à imaginer que l’anarchisme n’est guère plus qu’une forme extrême d’individualisme, un simple libertarisme qui pourrait théoriquement être couplé au libéralisme ou au capitalisme. Cependant, cette interprétation néglige le fort aspect social de l’anarchisme, son insistance sur notre tendance innée à la coopération et à l’entraide.


L’anarchisme rejette l’idée qu’il existe un conflit d’intérêts inhérent entre l’individu et la communauté, qui doit être résolu par une sorte de contrat social ou de compromis. Au contraire, il comprend que le sentiment d’appartenance de l’individu humain à une communauté plus large est naturel, si on lui permet de s’épanouir. Nous n’avons pas besoin d’un État (qu’il soit capitaliste ou communiste) pour nous imposer artificiellement cette appartenance et cette loyauté – en fait, essayer de le faire est plus susceptible de détruire l’affinité avec la société au sens large.


Parce que les anarchistes soutiennent que l’humanité a une tendance naturelle à la coopération, nous faisons confiance aux gens pour s’organiser eux-mêmes, plutôt que de vouloir les forcer à se comporter de la manière que nous jugeons appropriée au moyen de lois, de la police, etc. Pour les anarchistes, l’idée d’une liberté totale pour tous les individus n’est pas quelque chose à craindre, car nous reconnaissons qu’à long terme, les individus agiront dans l’intérêt des communautés dont, après tout, ils font partie. Pour la minorité qui utilise les structures du système actuel pour déposséder et exploiter la majorité, la liberté totale est en effet à craindre – comme une menace pour leur propre statut privilégié.


La liberté de l’individu est, pour les anarchistes, nécessaire à la liberté de la communauté. Une société ne peut être considérée comme libre si ses membres ne sont pas libres. Un individu ne peut être considéré comme libre s’il n’est pas libre d’agir selon sa propre conscience et ses propres valeurs. Ces valeurs se trouvent au plus profond de chacun d’entre nous. Mais, puisque chacun d’entre nous fait également partie de l’espèce humaine, ce sont des valeurs humaines partagées. Lorsque nous cherchons dans nos cœurs ce qui est bien et mal, juste et injuste, nous cherchons dans la culture collective, la pensée collective, de l’humanité.


Et au sein de cette culture humaine collective se trouve l’idée du dharma, ou du Tao, ou de l’harmonie naturelle, le sens de la justesse par lequel la société humaine peut se guider. Lorsque ce sens de la justesse a été obscurci par toutes les fausses représentations de la société contemporaine, c’est le rôle des anarchistes de le ramener au premier plan.


Puisque les anarchistes revendiquent une liberté totale pour tous les individus, il va de soi que nous reconnaissons également une égalité totale de valeur en tous. Les étiquettes apposées par la société actuelle sur les personnes, indiquant leur statut social ou “national” ou “racial”, n’ont aucune signification pour les anarchistes, qui ne voient que des êtres humains ayant le droit de se définir comme ils l’entendent et d’être traités avec respect par les autres.


Nous savons que de nombreuses personnes dans la société d’aujourd’hui sont victimes de discrimination et d’oppression d’une manière qui n’est pas toujours perçue, ou considérée comme significative, par ceux qui ne vivent pas les mêmes expériences. Et nous savons qu’il est important de toujours rester conscient de cela. Cependant, les anarchistes ne se définissent pas en termes d’oppression et n’acceptent pas le rôle de victime. Nous préférons nous battre, en nous concentrant non pas sur les différences entre nous, mais sur ce que nous avons en commun.


L’anarchisme n’est pas un dogme étroit et émerge sous de nombreuses formes différentes. Parfois, il peut englober des luttes qui ne sont pas anarchistes en soi, mais qui sont totalement compatibles avec l’anarchisme. L’antifascisme en est un bon exemple. Tout antifascisme n’est pas nécessairement anarchiste, mais tout anarchisme est nécessairement antifasciste, car le fascisme est tout à fait incompatible avec l’anarchisme. De même, alors que la lutte des classes ne doit pas être spécifiquement anarchiste, la lutte des classes fait partie intégrante de la lutte anarchiste – en particulier la lutte pour abolir tout le système économique dans lequel les humains sont triés en “classes”.


Il est devenu à la mode de rejeter toute idée de révolution comme étant naïve. On prétend soit qu’elle est impossible, soit qu’elle ne fera que conduire à de nouvelles formes d’oppression. Mais pour les anarchistes, la véritable naïveté réside dans le fait d’imaginer qu’un véritable changement peut être apporté sans révolution. Il ne s’agit pas d’une révolution dans le sens étatique-communiste d’un transfert de pouvoir à une nouvelle élite dirigeante. L’anarchisme ne vise rien de moins que la destruction permanente de l’État et de toutes les couches d’autorité qu’il utilise pour nous asservir.


Si les gains sociaux à court terme ne sont pas à dédaigner, ils doivent toujours être considérés pour ce qu’ils sont. Sans la démolition de toutes les structures du système actuel (loi, travail, patriarcat, frontières, etc.), la structure d’asservissement restera intacte et, à terme, reprendra le contrôle. Les vrais anarchistes refusent d’abandonner l’appel à la révolution, car nous savons que c’est notre seul espoir. De plus, le mythe de la révolution, le rêve de la destruction complète du système actuel, est quelque chose qui peut galvaniser l’action, qui peut capturer l’imagination des gens et créer des énergies puissantes. Une chose est sûre, c’est que rien ne changera jamais si nous renonçons tous à croire que le changement est possible.


La vision anarchiste de l’individu entre à nouveau en jeu lorsque la question de la révolution se pose. Pour nous, la liberté de l’individu est toujours combinée avec la responsabilité d’utiliser cette liberté dans l’intérêt général de la communauté. En période d’harmonie sociale (c’est-à-dire d’anarchie), il s’agit de protéger le dharma d’une communauté stable et heureuse. Mais à une époque comme la nôtre, où le monde est sens dessus dessous, la responsabilité est ailleurs.


Au contraire, disent les anarchistes, les individus doivent trouver en eux-mêmes la force de lutter contre le système oppressif par tous les moyens possibles. Il s’agit en partie d’affirmer sa propre individualité par son désaccord avec le statu quo et son adhésion à son propre ensemble de valeurs. Mais, bien sûr, nous agissons aussi dans l’intérêt de la communauté humaine au sens large – comme l’exigent nos valeurs. Tout anarchiste qui est fidèle à lui-même n’a pas d’autre choix que d’agir.


Ce courage de détruire l’injustice, la tyrannie et la domination sous toutes ses formes est parfois pris pour de la négativité. Mais en fait, l’anarchisme a pour but profondément positif de balayer une négativité existante qui bloque le bien-être et le bonheur de l’homme. L’anarchisme est l’esprit de la vie qui se réaffirme contre l’oppression.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *