De : Le fascisme renommé : exposer la grande réinitialisation

Écrit par Paul Cudenec, 15 juin 2019, pour winter oak

Selon la sagesse dominante, plus nous produisons collectivement, mieux c’est. Nous devons continuer à fabriquer, vendre et acheter toujours plus de choses, non pas parce que nous en avons besoin, mais parce que c’est bon pour la “croissance”, pour “l’économie”, pour les “emplois” et la “création de richesse”.

This image has an empty alt attribute; its file name is degrowth-graph-1-1024x504.jpg
La leçon d’aujourd’hui – extraction sans fin de main-d’œuvre et de ressources

Nous vivons dans une société où la quantité est considérée comme plus importante que la qualité.Cet état d’esprit commercial est si profondément ancré dans ce que l’on appelle la civilisation occidentale qu’il est accepté même par des personnes qui se considèrent d’une certaine manière “de gauche”.

Nous essayons vainement de nous faire une idée du cosmos à partir de notre conscience et de notre expérience personnelle, que nous considérons comme la seule réalité “prouvable”.

Pour comprendre pourquoi cette perspective a pu avoir une telle emprise sur notre société, il faut peut-être aller au-delà du niveau économique et social et se pencher sur la manière dont nous voyons la réalité elle-même.Pour décrire la réalité dans son ensemble, de tout type et partout, nous utilisons le terme “univers”.

Tout ce qui existe fait donc partie de cette réalité globale, de cet univers.La pensée moderne ne prend pas pour point de départ l’existence de l’univers. Depuis que Descartes a déclaré qu’il pensait et donc qu’il était, notre culture regarde les choses à l’envers. Nous essayons vainement de nous faire une idée du cosmos à partir de notre conscience et de notre expérience personnelle, que nous considérons comme la seule réalité “prouvable”.

The One Lyrics

Before the Earth was born we traveled from the stars
We fell like comets from the universal mind
We fused the elements within the rising sun
We are the north, the south, the east, the west, the one!
All sense of separation, this is your illusion
All sense of segregation, just leading to confusion

La métaphysique holistique de Plotin, qui déclarait il y a 1800 ans que “l’univers est un seul organisme vivant”, n’est pas très à la mode depuis quelques siècles. Dans notre société mécaniste, les catégories sont souvent rejetées comme des illusions ou comme la preuve d’une terrible hérésie appelée “essentialisme”.

Il n’existe pas de qualité telle que la “chienneté”, le fait d’être un chien, affirme-t-on. Au contraire, il existe simplement un grand nombre de créatures individuelles auxquelles nous avons donné l’étiquette “chien”. La société n’existe pas, pourrait prétendre un politicien tout à fait moderne comme Margaret Thatcher. Il y a simplement beaucoup d’individus en compétition. Il n’y a pas de planète vivante, juste beaucoup de “ressources” qui peuvent être divisées de l’ensemble afin de “créer” une grande quantité de “produits” et de “richesses”.

Un individu qui comprend qu’il fait partie d’un tout, comprend également qu’il n’est ni moins ni plus important que les autres parties, qu’il dépend entièrement des autres parties pour son existence et sa survie.

This image has an empty alt attribute; its file name is moetized-nature-1-1-1024x724.jpg
La nature divisée en unités

Imaginez un gâteau. Imaginez que vous coupez le gâteau en huit tranches. Avez-vous “créé” les tranches ou simplement réorganisé quelque chose qui existait déjà ? Imaginez maintenant que vous l’ayez coupé en 16 tranches. La plus grande quantité de tranches signifie-t-elle qu’il y a plus de gâteau ou que le gâteau est meilleur?Plus le nombre de tranches est grand, plus la taille de chaque tranche est petite. Cela s’explique par le fait que nous parlons de division, et non de multiplication.

Si nous inventons des mots pour décrire des centaines de “nationalités” humaines différentes, nous ne multiplions rien, mais nous divisons l’espèce humaine en centaines de groupes.

Nous divisons l’unité du gâteau en huit ou seize tranches, plutôt que de multiplier une tranche huit ou seize fois. Il en va de même lorsque nous prenons, pour notre point de départ philosophique, l’univers dans son ensemble. Nous plaçons un chiffre “1” en haut de notre page et nous traçons une ligne en dessous. Sous la ligne, nous mettons toutes les “quantités” d’objets ou de concepts en lesquels cette unité globale est divisée. Comme il s’agit de fractions, plus le chiffre sous la ligne est grand, plus la partie individuelle qu’il désigne est petite.

Et quel que soit le nombre que nous plaçons en dessous de la ligne, celui qui est au-dessus reste le même. Toute l’activité de “quantité” qui se déroule sous la ligne n’a aucun effet sur la réalité globale, qui englobe et contient toute la multiplication apparente des éléments individuels.

This image has an empty alt attribute; its file name is external-content.duckduckgo.com_.png

Plus nous attachons des étiquettes aux personnes pour les définir en termes d’ethnicité, de préférence sexuelle ou de choix de style de vie, plus nous risquons de perdre de vue l’idée essentielle que nous sommes tous des êtres humains.

Lorsque nous prenons des qualités contrastées comme “sombre” et “clair”, nous les plaçons sous la ligne de la fraction. Une idée qui unit ces opposés, qui inclut en son sein le “noir” et la “lumière”, n’est pas quelque chose que nous “créons” en combinant les deux concepts. Il s’agit plutôt de la réalité globale que nous avons divisée en deux sous-concepts. Le “sombre” et le “clair” sont tous deux ½ – la moitié de la réalité globale. La fabrication de la “quantité” va de pair avec un mode de pensée qui divise la réalité en classant et en séparant.

Si nous inventons des mots pour décrire des centaines de “nationalités” humaines différentes, nous ne multiplions rien, mais nous divisons l’espèce humaine en centaines de groupes. Plus nous attachons des étiquettes aux personnes pour les définir en termes d’ethnicité, de préférence sexuelle ou de choix de style de vie, plus nous risquons de perdre de vue l’idée essentielle que nous sommes tous des êtres humains. Plus nous considérons les autres créatures vivantes comme des “ressources” ou des “investissements” à manipuler pour notre profit, plus nous perdons de vue que nous sommes les parties d’un tout organique gaïen.

This image has an empty alt attribute; its file name is global-division-of-labour-1.jpg
Gaia dépouillée et expédiée

Affirmer que nous devrions partir du tout, plutôt que des parties, ne signifie pas que les parties, telles que les êtres humains ou les animaux avec toutes leurs caractéristiques et leurs diversités, ne sont pas importantes. Cependant, pour comprendre la partie, nous devons la voir dans le contexte du tout auquel elle appartient. Ce contexte ne concerne pas seulement sa relation avec le grand tout (l’espèce, la planète) mais aussi avec les autres parties (les individus). Un individu qui comprend qu’il fait partie d’un tout, comprend également qu’il n’est ni moins ni plus important que les autres parties, qu’il dépend entièrement des autres parties pour son existence et sa survie.

Le “moi” éclairé voit les autres non pas comme des objets, mais comme des collègues sujets, faisant partie du même grand sujet. Le “ils” se transforme, par cette prise de conscience, en “vous et moi”, puis en “nous”.

Un divisé par rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.