Comment pouvons nous résister?

Nous devons donc faire plus qu’uniquement protester. Nous pouvons agir de manière indépendante et sans préavis avec des groupes d’ami.es. Les affiches, les autocollants, les dépliants, les bannières et les graffitis forment un ensemble signes pour communiquer directement avec d’autres personnes et insufler un sentiment de révolte imminente.

Notre dignité en quarantaine – 
Un rapport d’anarchistes sur la Grèce

Quel virus? Présentement, on ne peut le savoir. Toutes les informations, nombres et statistiques qui justifient le confinement imposé est entre les mains du gouvernement et des spécialistes qui travaillent à son service. Ce n’est pas un déni de l’existence du virus qui court, mais la reconnaissance de ses caractéristiques, de sa propagation comment y faire face.

Introduction

Mais en ville, c’est le calme plat. Convaincus par le roi que le volcan n’est pas de tout en éruption et qu’aucun danger n’est à l’horizon, les citadin.es vaquent à leurs occupations quotidiennes; les biens sont achetés et vendus, les repas préparés et mangés, les couples mariés et les enfants éduqués.

Camarades chilien.nes sur la crise du COVID

L’État décrète par la loi que les citoyen.nes sont sa propriété et il peut en disposer comme il l’entend. L’état d’urgence n’est pas imposé pour des raisons de santé ou pour le bien-être de la population, mais pour imposer des règles et pour inculquer la discipline. C’est en effet, le moyen le plus sûr d’obtenir l’obéissance, de semer la terreur et la peur.

L’apparition d’une divergence politique

Au début du mois de mars, nous avons assumé qu’avec le peu de connaissances que nous avions à l’époque sur le COVID-19, il était sensé de pratiquer une certaine forme de confinement et d’auto-isolement. Cela a été considéré comme une précaution raisonnable à prendre alors que nous faisions le point sur la situation avec l’intention d’approfondir notre analyse, notre stratégie et nos tactiques à mesure que notre compréhension des choses se clarifiait.

Notre position sur la crise du COVID-19

Les anarchistes ont joué un rôle dans ce processus, élaborant d’autres façons d’interagir les uns avec les autres tout en évitant précautionneusement d’être physiquement. Elles ont également fait et font toujours du très bon travail avec des projets fondamentaux d’entraide. Il semblait que c’était quelque chose que l’anarchisme pouvait maîtriser.

Sur la réponse anarchiste à la pandémie mondiale

Nous disons haut et fort que si les principes politiques que vous défendez et encouragez en temps normal se rétractent dans les moments de crise, ils n’ont aucune valeur. Tout système d’organisation ou toute croyance en l’autonomie humaine qui doit être mis de côté aux moindres soubresauts de l’histoire ne vaut pas la peine d’être conservé lorsque l’urgence s’estompe. En effet, ce sont les moments difficiles qui mettent nos idées à l’épreuve et nous disent si elles sont ou non aussi solides qu’on pourrait le croire.