https://network23.org/paulcudenec/files/2013/08/Antibodies-Anarchangels-and-Other-Essays.jpg

(L’article suivant a été publié à l’origine dans le recueil d’essais de 2013 de Paul CudenecAntibodies, Anarchangels, and Other Essays“. Nous le publions maintenant en anglais, français et espagnol, car nous pensons qu’il est important que les gens comprennent l’histoire des crimes contre l’humanité de l’OTAN. C’est un fait historique que l’OTAN a parrainé le terrorisme d’extrême droite pour faire avancer sa stratégie militaire, et alors que le conflit s’échauffe en Ukraine, nous devrions être conscients que de leur répertoire de sales tours).

La peur du “terrorisme” est un outil important pour le système ploutofasciste dans ses tentatives d’intimider ses esclaves et de les empêcher de se libérer de l’exploitation et du contrôle.

Mais qu’en serait-il si nous pouvions montrer aux gens que loin de les protéger d’une menace insidieuse, le système est lui-même cette menace ? Comment les choses se présenteraient-elles si nous pouvions leur montrer que les véritables terroristes sont ceux qui détiennent le pouvoir ?

Il ne s’agit pas d’une pensée fantaisiste – il suffit de montrer aux gens des faits historiques parfaitement documentés sur l’histoire récente de l’Europe.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et le Royaume-Uni ont secrètement mis en place un réseau d’unités de guérilla “stay-behind” à travers l’Europe occidentale, prétendument pour former un mouvement de résistance en cas d’invasion soviétique.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et le Royaume-Uni ont secrètement mis en place un réseau d’unités de guérilla “stay-behind” à travers l’Europe occidentale, prétendument pour former un mouvement de résistance en cas d’invasion soviétique.

Cependant, ils ont rapidement participé aux efforts visant à empêcher les mouvements radicaux de remettre en question le capitalisme et ont agi comme des cellules terroristes, assassinant des centaines d’innocents dans le cadre d’une “stratégie de la tension” visant à effrayer le public dans les bras de l’État. Gladio – comme ce réseau est connu – n’est certainement pas une réalité largement reconnue ni un élément central du contexte politique contemporain, mais les faits sont tous dans la sphère publique depuis un certain temps maintenant.

This image has an empty alt attribute; its file name is Operation-Gladio-Insignia-256x300.png

Après de nombreuses années de soupçons et de rumeurs, la première confirmation de l’existence de Gladio a eu lieu en Italie en 1974, dans le cadre d’une enquête sur le terrorisme d’extrême droite menée par le juge d’instruction Giovanni Tamburino.


Il a arrêté le général Vito Miceli, chef des services secrets militaires italiens (SID), accusé de “promouvoir, créer et organiser, avec d’autres, une association secrète de militaires et de civils visant à provoquer une insurrection armée afin de modifier illégalement la constitution de l’État et la forme du gouvernement”.

Lors de son procès en novembre de la même année, Miceli a révélé l’existence d’une section spéciale de la DGSI, déclarant (selon les termes de cette traduction plutôt maladroite) : “Une Super SID sur mes ordres ! Bien sûr ! Mais je ne l’ai pas organisée moi-même pour faire un coup d’État. Ce sont les États-Unis et l’OTAN qui m’ont demandé de le faire !”.

Et 16 ans plus tard, en 1990, une confirmation officielle est venue du Premier ministre italien Giulio Andreotti, toujours à la suite des enquêtes de Tamburino.


 Andreotti a révélé que, en ce qui concerne l’Italie, un mouvement paramilitaire avait été créé immédiatement après la guerre et formalisé par la suite, dans 1956, un accord secret entre le SIFAR (renseignement militaire italien) et la CIA.


Selon l’auteur Philip Willan, expert en intrigues politiques italiennes et auteur d’un livre sur le sujet en 1991 : “Les principaux membres du réseau ont suivi des cours dispensés par la Division de la formation de l ‘Intelligence Service britannique. Il en ressortait clairement que l’organisation avait été en grande partie financée et contrôlée par la CIA”

This image has an empty alt attribute; its file name is 220px-Vito_Miceli_1976.jpg

Le 5 novembre 1990, alors qu’Andreotti avait déjà divulgué des détails sur Gladio, un porte-parole de l’OTAN a publié un démenti officiel, déclarant fermement : “Une organisation de ce type n’existe pas et n’a jamais existé dans le cadre de la structure militaire de l’OTAN”.

Il ressortait clairement du rapport que l’organisation avait été en grande partie financée et contrôlée par la CIA”.

Mais le lendemain, un autre porte-parole a dû se rétracter avec embarras, déclarant que l’annonce précédente avait été ” une erreur ” et que l’OTAN n’avait aucun commentaire à faire sur le sujet !

Peu après, le Parlement européen a adopté une résolution qui condamne le réseau et déclare qu’il “proteste vigoureusement contre le fait que certains militaires américains du SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers Europe) et de l’OTAN s’arrogent le droit d’encourager la mise en place en Europe d’un réseau de renseignement et d’opérations clandestines”.

Il est évident qu’Andreotti et le président italien Francesco Corsica n’allaient pas reconnaître concrètement un lien entreIl est évident qu’Andreotti et le président italien Francesco Corsica n’allaient pas avouer concrètement l’existence d’un lien entre Gladio et les attentats terroristes, mais comme des liens avaient déjà été établis avec les services secrets, il n’a pas été nécessaire de faire preuve de beaucoup d’imagination pour commencer à combler les lacunes et les recherches et informations ultérieures nous donnent une image assez claire de ce qui se passait

La couverture de Gladio, qui consistait à fournir un réseau antisoviétique de type “stay-behind”, a été mise à mal par la découverte de certaines de ses caches d’armes enterrées dans des lieux secrets en Italie. Les armes étaient en grande partie constituées de Kalashnikovs et d’autres fusils soviétiques, ainsi que d’explosifs provenant de Tchécoslovaquie (comme c’était le cas). Comme
Willan le dit, pourquoi les Américains et les Britanniques se donneraient-ils la peine de fournir aux groupes des armes du bloc de l’Est s’ils étaient réellement destinés à combattre une invasion soviétique ?
Le seul but évident est de les utiliser pour commettre des actes qui peuvent ensuite être imputés à des groupes de gauche et au bloc communiste. En 1992 BBC2 a diffusé un documentaire Timewatch sur Gladio d’Allan Francovich, montrant les liens étroits entre les terroristes et les agents des services de renseignement occidentaux. Le film, intitulé Operation Gladio, peut encore, à l’heure où nous écrivons ces lignes, être trouvé sur YouTube

Alan Francovich – Inside The CIA: On Company Business, 1980 (Complete) –  Rob Scholte Museum
Allan Francovich


La critique parue dans le Times de l’époque déclarait : “C’était l’un de ces programmes dont on imagine qu’ils vont faire tomber les gouvernements, mais l’amnésie instantanée générée par la télévision est telle que les journaux du lendemain matin en font à peine mention”.


En 1995, Francovich a réalisé The Maltese Double Cross, sur les attentats de Lockerbie en 1988. Il est mort d’une crise cardiaque dans des circonstances mystérieuses en entrant aux États-Unis, à la douane de Houston, au Texas, le 17 avril 1997.


Pendant ce temps, les enquêtes se poursuivent, notamment en Italie. Une commission parlementaire italienne chargée d’enquêter sur les années de terrorisme dans le pays a conclu en 2000 : “Ces massacres, ces bombes, ces actions militaires avaient été organisés, promus ou soutenus par des hommes au sein des institutions de l’État italien et, comme on l’a découvert plus récemment, par des hommes liés aux structures des services de renseignement des États-Unis”. Il y a même eu des aveux de source sûre.

“Ces massacres, ces bombes, ces actions militaires avaient été organisées, promues ou soutenues par des hommes à l’intérieur des institutions de l’Etat italien et, comme on l’a découvert plus récemment, par des hommes liés aux structures des services secrets américains”

This image has an empty alt attribute; its file name is 220px-Gianadelio_Maletti.png
Général Giandelio Maletti

En mars 2001, le général Giandelio Maletti, ancien chef du contre-espionnage italien, a admis : “La CIA, suivant les directives de son gouvernement, a voulu créer un nationalisme italien capable d’arrêter ce qu’elle considérait comme un glissement vers la gauche et, à cette fin, elle a peut-être eu recours au terrorisme de droite”.

Les implications de tout ceci sont évidemment énormes. Comme l’a déclaré l’auteur et analyste du renseignement américain John Prados : “En cette époque où le terrorisme est une préoccupation mondiale, il est particulièrement bouleversant de découvrir que l’Europe occidentale et les États-Unis ont collaboré à la création de réseaux qui se sont lancés dans le terrorisme. Aux États-Unis, ces nations sont appelées “États commanditaires” et font l’objet d’hostilité et de sanctions. Est-ce que ce sont les États-Unis eux-mêmes, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et d’autres qui devraient figurer sur la liste des États commanditaires ?”


Il n’est peut-être pas si difficile de comprendre pourquoi, malgré la montagne de preuves sur Gladio, ce dernier n’est toujours pas mentionné dans nos médias.

Comment tout cela a-t-il commencé ? Eh bien, les coups bas ne datent pas d’hier – de la Grèce et de la Rome antiques à l’Empire britannique et à nos jours, partout dans le monde et dans toutes sortes de circonstances. L’expression “faux drapeau”, qui s’applique aujourd’hui souvent à un acte terroriste commis par quelqu’un d’autre que ce qu’il semble être, provient à l’origine d’une ruse navale consistant à attaquer une autre force tout en faisant flotter les drapeaux d’un ennemi, afin de susciter des représailles contre la mauvaise cible. Toute lutte de pouvoir ou guerre a probablement comporté des éléments de tromperie et de manipulation.

This image has an empty alt attribute; its file name is image-1.jpeg

Mais, pour les besoins de ce récit, nous commencerons l’histoire à 21 h 15 dans la nuit du 27 février 1933, lorsqu’une caserne de pompiers de Berlin reçoit un appel d’alarme indiquant que le bâtiment du Reichstag, qui abrite le Parlement allemand, est en feu.


La police trouve rapidement un communiste néerlandais torse nu, Marinus van der Lubbe. Lui et quatre dirigeants communistes ont été arrêtés et il a été déclaré que les communistes commençaient un complot contre le gouvernement allemand. Adolf Hitler, qui avait été assermenté comme chancelier quatre semaines auparavant, demande au président Hindenburg de faire passer un décret d’urgence afin d’éviter la “confrontation impitoyable avec le KPD”. L’adoption du décret sur l’incendie du Reichstag, puis de la loi d’habilitation, entraîne l’interdiction des élections pour les communistes, la suppression de divers journaux dissidents et, d’une manière générale, permet à Hitler d’assumer le rôle de dictateur.

En 1990, des documents provenant des archives de la Gestapo conservées à Moscou ont été mis à la disposition des chercheurs pour la première fois. 2001, un ouvrage de deux auteurs allemands, Alexander Bahar et Wilfried Wilfried Kugel, a démontré que l’incendie a été presque certainement allumé par les nazis eux-mêmes.
Nous traversons maintenant la mer du Nord et avançons de cinq ans. En 1938, quand, la guerre avec l’Allemagne étant imminente, un rapport sur a guérilla par le Major Lawrence Grand de l’armée britannique, suggère : “L’utilisation d’

En 1990, des documents provenant des archives de la Gestapo conservées à Moscou ont été mis à la disposition des chercheurs pour la première fois et un ouvrage publié en 2001 par deux auteurs allemands, Alexander Bahar et Wilfried Kugel, a démontré que l’incendie avait presque certainement été allumé par les nazis eux-mêmes.

Traversons maintenant la mer du Nord et avançons de cinq ans, jusqu’en 1938, lorsque la guerre avec l’Allemagne étant imminente, un rapport sur la guérilla rédigé par le major Lawrence Grand de l’armée britannique suggère : “L’utilisation d’organisations existant déjà en Allemagne, par exemple les communistes”. Utiliser les communistes contre les fascistes ou les fascistes contre les communistes – tout était permis dans la Realpolitik britannique.

The Secret History of SOE: Special Operations Executive 1940-1945:  Mackenzie, William, Foot, M. R. D.: 9781903608111: Amazon.com: Books

En 1939, le colonel Colin Gubbins a rédigé des documents sur la guérilla. Dans The Secret History of SOE – the Special Operations Executive, l’historien William Mackenzie note : “Dans leur forme finale, ils consistaient en trois minces pamphlets imprimés sur du papier de riz et reliés dans des couvertures en carton brun sans indication de leur contenu.

“L’intention initiale était de les faire traduire en plusieurs langues, mais on ne sait pas du tout quel usage en a été fait. Ils s’intitulaient The Art of Guerrilla Warfare (22 pages), Partisan Leader’s Handbook (40 pages) et How to Use High Explosives (16 pages plus les diagrammes)”. Mackenzie écrit à propos de The Art of Guerrilla Warfare : “Il est clair… que la doctrine est largement tirée de l’expérience britannique en matière d’offensive sous Lawrence, de défensive en Irlande, en Palestine, à la frontière nord-ouest et en Russie”.

En 1940, après Dunkerque, la Grande-Bretagne pense autant à la résistance anti-nazie sur son territoire qu’à celle sur le continent. En mai de cette année-là, le colonel Gubbins a formé un nouveau réseau de résistance britannique qui devait être fourni avec les meilleures armes disponibles et des explosifs plastiques modernes. Il s’agit d’une organisation très secrète et son nom, “Unités auxiliaires”, a été choisi pour être aussi indescriptible que possible. En fait, il est encore secret aujourd’hui, les documents officiels ne devant pas être publiés avant 2020.

This image has an empty alt attribute; its file name is gladio.jpg

L’auteur Daniele Ganser commente dans son livre de 2005 intitulé Nato’s Secret Armies : Operation Gladio and Terrorrism en Europe occidentale : “Ces premières unités britanniques du Gladio
ont reçu un entraînement spécial et ont reçu pour instruction de “rester derrière” les lignes ennemies en cas d’invasion allemande.

L’auteur Daniele Ganser commente dans son livre de 2005, Nato’s Secret Armies : Operation Gladio and Terrorism in Western Europe : “Ces premières unités britanniques du Gladio ont reçu un entraînement spécial et ont reçu pour instruction de “rester derrière” les lignes ennemies en cas d’invasion allemande de l’île.


Opérant à partir de cachettes secrètes et de caches d’armes, ils seraient en mesure de mener des actions de sabotage et de guérilla contre les envahisseurs allemands”.


Des cachettes secrètes ont été mises en place dans toute l’Angleterre – The Secret Sussex Resistance de Stewart Angell (1996) en décrit quelques-unes à Amberley et Arundel Park, avec le QG local à Tottington Manor à Small Dole, près de Henfield. Ils contenaient des armes pour faire sauter les lignes de chemin de fer et attaquer les convois de l’armée allemande, ainsi que des barils de pétrole de 50 gallons remplis d’un mélange inflammable et enterrés au bord des routes.


C’est, en fait, assez similaire aux méthodes des insurrections irakiennes et afghanes contre les occupations américaines et britanniques au début du 21ème siècle. Mais, bien sûr, ces personnes sont des terroristes et nos garçons de la Seconde Guerre mondiale auraient été des combattants de la résistance, ce qui est une toute autre paire de manches !

L’expérience de ces opérations paramilitaires des deux côtés de la Seconde Guerre mondiale devait être utilisée dans la lutte anti-communiste, les réseaux de résistance “stay-behind” mis en place soi-disant en cas d’invasion soviétique de l’Europe occidentale sous contrôle américain.

La Grande-Bretagne n’a jamais été envahie et le réseau de stay-behind n’a donc jamais été activé. Mais les Allemands ont laissé des stay-behind fascistes lorsqu’ils se sont retirés à travers l’Europe pour attaquer derrière les lignes ennemies, y compris les “loups-garous”.


 L’expérience de ces opérations paramilitaires des deux côtés de la Seconde Guerre mondiale devait être utilisée dans la lutte anticommuniste, avec les réseaux de résistance “stay-behind” mis en place soi-disant en cas d’invasion soviétique de l’Europe occidentale sous contrôle américain.

Le Special Operations Executive avait été officiellement dissous en janvier 1946, mais il a été secrètement maintenu en vie pour la guerre froide et, le 30 juin 1947, une nouvelle section “Opérations spéciales” a été créée au sein du MI6 sous la direction de Gubbins. Le personnel du SOE est resté après la fin de la guerre en Allemagne, en Autriche, en Italie, en Grèce, en Turquie et ailleurs dans le cadre de cette nouvelle opération anticommuniste, travaillant en étroite collaboration avec les Américains. Gladio est d’abord coordonné par le Comité Clandestin de l’Union Occidentale (CCWU), fondé en 1948. Après la création de l’OTAN en 1949, le CCWU est intégré au Comité Clandestin de Planification (CPC), fondé en 1951 et supervisé par le SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers Europe).

D’anciens nazis ont été utilisés pour mettre en place un réseau d’infiltration, dont le “boucher de Lyon” Klaus Barbie et le chef des espions d’Hitler Reinhard Gehlen.

En Grande-Bretagne, le Special Operations Executive, qui avait formé les unités de surveillance en temps de guerre, est naturellement impliqué. Si les États-Unis ont fourni une grande partie du financement de Gladio, la Grande-Bretagne a joué un rôle majeur. Il y avait une base près de Londres et les recrues de Gladio s’entraînaient avec les SAS à Fort Monckton près de Portsmouth, à Poole et aussi à Hereford – le berceau des SAS.


Quel genre de personnes étaient recrutées pour faire partie de ce réseau paneuropéen ? Ganser, l’auteur mentionné plus haut, note avec ironie qu’en Allemagne, en 1945, “l’offre d’hommes profondément anticommunistes, formés à la guérilla et expérimentés dans le maniement des armes et des explosifs, était abondante”. D’anciens nazis ont été utilisés pour mettre en place un réseau d’infiltration, notamment le “boucher de Lyon” Klaus Barbie et le chef des espions d’Hitler Reinhard Gehlen.


Ailleurs, des vétérans fascistes de la guerre civile espagnole, des militants de la dernière république de Salo de Mussolini et d’autres extrémistes de droite sont recrutés et formés en escouades de neuf hommes, avec deux chefs. Ils sont armés de mitrailleuses légères et de grenades à main.

Des réseaux similaires ont été mis en place dans toute l’Europe, et nous allons brièvement examiner le genre de choses qu’ils faisaient avant de revenir à l’endroit où tout a été rendu public pour la première fois – l’Italie.

L’ESPAGNE


Sous Franco, on a dit que Gladio était le véritable gouvernement. Des instructeurs de la CIA ont formé des fascistes européens dans les îles Canaries espagnoles. Le parlementaire Antonio Romera, du parti d’opposition de la Gauche unie espagnole, a enquêté et découvert que Gladio en Espagne avait “agi contre des militants communistes et anarchistes, comme contre les mineurs des Asturies et les nationalistes catalans et basques”.

En 1977, deux ans après la mort de Franco, une armée secrète en retrait, avec le soutien de terroristes italiens d’extrême droite, a perpétré le Massacre d’Atocha à Madrid, attaquant les bureaux d’un avocat lié au parti communiste et tuant cinq personnes.

PORTUGAL

Eduardo Mondlane.jpg
Eduardo Mondlane

Une organisation de façade appelée Aginter Press est créée, soutenue par la CIA et utilisée pour recruter et diriger des fascistes, soutenant le régime de Salazar dans le pays et dans les colonies africaines du Portugal. L’anarchiste Stuart Christie, dans son livre sur Stefano della Chiaie, parle des activités d’Aginter Press dans les colonies africaines du Portugal : “Leur objectif comprenait la liquidation des dirigeants des mouvements de libération, l’infiltration, l’installation d’informateurs et de provocateurs et l’utilisation de faux mouvements de libération”. Au Mozambique, en 1969, Aginter Press a assassiné Eduardo Mondlane, président du Parti de la libération du Mozambique et leader du mouvement FRELIMO. On pense également que des agents portugais et de la CIA d’Aginter Press ont collaboré avec des groupes de droite italiens comme Ordine Nuovo pour poser des bombes en Italie en 1969, qui ont été attribuées à des personnes de gauche.

BELGIQUE

En 1950, des cellules Gladio auraient été impliquées dans l’assassinat du leader communiste Julian Lahaut. Dans les années 1980, une horrible série d’attentats terroristes a été perpétrée, faisant 28 morts. Beaucoup soupçonnent la branche belge de Gladio d’être impliquée. Dans un article paru dans The Observer le 7 juin 1992, Hugh O’Shaughnessy écrit : “L’objectif de l’exercice était double : secouer la police belge pour la mettre dans un état d’alerte plus élevé et, non moins important, donner l’impression à la population dans son ensemble que le confortable et bien nourri Royaume de Belgique était au bord d’une révolution rouge”.

GRÈCE

Dès la fin de la guerre, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont mené une longue et sanglante bataille pour écarter la gauche du pouvoir. Lorsque la Grèce a rejoint l’OTAN en 1952, les forces spéciales du pays, le LOK, ont été intégrées à Gladio. L’ancien ministre grec de la défense, Yannis Varvitsiotis, a admis depuis lors : “Les commandos locaux et la CIA ont créé une branche du réseau en 1955 pour organiser la résistance de la guérilla à tout envahisseur communiste”. En 1967, ils ont été impliqués dans un coup d’État militaire soutenu par la CIA, un mois avant des élections que la gauche était censée remporter. Ce coup d’État a établi le “régime des colonels” de droite, qui a dirigé la Grèce jusqu’en 1974.

TURQUIE

L’armée d’arrière-garde était connue sous le nom de “contre-guérilla” et étroitement liée au MIT, l’agence de renseignement turque. Elle était impliquée dans le terrorisme intérieur, tuant des centaines de personnes dans le cadre d’une “stratégie de la tension” qui a conduit à deux coups d’État militaires dans lesquels elle était directement impliquée – avec le soutien secret des Américains – en 1971 et 1980 et à plus de 1 000 blessés dans des violences politiques.

Mais au cours des mêmes années, dans une autre partie de l’Europe, 2 618 personnes ont été tuées et plus de 33 000 blessées. Où était cet endroit cauchemardesque ? En Irlande du Nord. Et quel est l’État souvent accusé d’être impliqué dans ces violences ? La Grande-Bretagne.


Nous ne pouvons pas faire plus qu’effleurer la surface de l’histoire des troubles, mais si nous le pouvions, nous pourrions vouloir examiner de plus près :

IRA SPY AN AGENT OF DEATH - PressReader

* Freddie Scappaticci, alias Stakeknife, l’agent britannique qui s’est infiltré dans l’IRA pour en assurer la sécurité interne et a ordonné l’assassinat de 40 personnes considérées comme des risques pour la sécurité – vraisemblablement les mauvaises. On dit qu’il vit maintenant en Italie, où il se sent sans doute très à l’aise.

* Brian Nelson, l’agent britannique qui est devenu le chef des services de renseignements de l’Association loyaliste de défense de l’Ulster – jouant un rôle similaire de l’autre côté du labyrinthe mortel de miroirs.

* Les Six de Birmingham,les Quatre de Guildford et les Sept de Maguire – toutes des personnes condamnées à tort pour les attentats républicains. Ou peut-être devrions-nous mettre des guillemets à “républicains”, car s’ils ne sont pas responsables, qui sait qui était réellement derrière ces atrocités et pourquoi l’establishment britannique était si désireux de trouver un coupable. Soit dit en passant, la bombe de Birmingham a conduit le gouvernement travailliste de 1974 à adopter la première loi sur la prévention du terrorisme.

* Des points d’interrogation subsistent quant à l’attentat à la bombe d’Omagh du 15 août 1998, généralement attribué à un groupe dissident républicain. Des esprits suspicieux ont souligné le fait que l’horreur publique de l’attentat, dans lequel 29 personnes ont trouvé la mort, a permis au gouvernement de Tony Blair d’adopter rapidement une législation antiterroriste “d’urgence” controversée, sous la forme de la loi de 1998 sur la justice pénale (terrorisme et conspiration), moins d’un mois plus tard, en septembre 1998. Cette loi permettait de condamner des personnes pour leur appartenance à une organisation interdite sur simple déclaration d’un officier de police supérieur, créait une infraction de conspiration en vue de commettre des infractions à l’étranger et préfigurait de manière générale la législation terroriste plus récente. Heureusement, elle comportait une clause accordant à “tous les agents de la Couronne l’immunité de poursuites en vertu de la législation”.

* Des soupçons constants quant à l’implication de l’État britannique dans les meurtres sectaires, qui ne disparaissent toujours pas, même si l’attention s’est soudainement portée sur une nouvelle “guerre contre le terrorisme” au moment où les “troubles” ont été déclarés terminés. Des questions ont été posées sur l’implication de l’État dans la mort de Rosemary Nelson, du loyaliste Billy “King Rat” Wright, du catholique Robert Hamill et des officiers de la RUC Harry Breen et Bob Buchanan.
En 2012, le Premier ministre David Cameron a été contraint d’admettre que le niveau de collusion étatique mis au jour par un rapport sur le meurtre de l’avocat de Belfast Pat Finucane était “choquant” – bien que le rapport ait conclu, comme on pouvait s’y attendre, qu’il n’y avait eu “aucune conspiration étatique globale”. Non, bien sûr que non.

Les récentes attaques terroristes “islamiques” suscitent bien sûr des interrogations permanentes, les théories abondent sur les véritables responsables des attentats du 11 septembre 2001 à New York ou du 7 juillet 2005 à Londres, et l’attention est attirée sur les liens entre les services de renseignement britanniques et américains, les services de renseignement pakistanais et des groupes comme Al-Qaïda – soudainement de “notre côté” en Syrie.

Une organisation d’État fortement impliquée dans la sale guerre en Irlande est le SAS. Glorifiée par les médias de droite, cette branche d’élite et secrète de l’armée est en fait plus ou moins la réponse de la Grande-Bretagne aux SS.

Front Cover

Créée en 1942 pour frapper derrière les lignes ennemies en Afrique du Nord, elle a été dissoute à la fin de la guerre en octobre 1945, sa mission apparemment terminée. Ganser ajoute dans son livre sur Gladio : “Pourtant, comme le besoin de coups bas top secrets et d’opérations casse-cou refaisait surface aussi rapidement que la puissance mondiale de l’Empire britannique déclinait, le SAS renaît et, en 1947, il combat derrière les lignes ennemies en Malaisie”.
Depuis lors, les SAS sont restés à l’avant-garde de l’impérialisme britannique – ils ont pris d’assaut l’ambassade d’Iran en 1980, ont participé à la guerre des Malouines en 1982, à la première guerre du Golfe en 1991, et ont secrètement entraîné et équipé les forces de l’Armée de libération du Kosovo en 1999, en étroite liaison avec leurs amis des bérets verts américains, une sorte d’organisation jumelle transatlantique. En 1990, un documentaire de la BBC intitulé The Unleashing of Evil (Le déchaînement du mal) a révélé comment les SAS et les Bérets verts avaient utilisé la torture contre des prisonniers au cours des 30 dernières années et dans toutes les grandes campagnes, du Kenya à l’Irlande du Nord, en passant par Oman, le Vietnam, le Yémen et Chypre. Les SAS et les Bérets verts ont formé des unités de Khmers rouges au Cambodge sous Thatcher et Reagan et les SAS ont formé les Moudjahidines, futurs combattants d’Al Quaeda et des Talibans, à la fabrication de bombes et autres arts noirs au Pakistan dans les années 1980 et 1990, comme l’a révélé John Pilger dans son livre The New Rulers of the World.

Les rôles actuels des SAS comprennent “des opérations de lutte contre le terrorisme à l’intérieur et à l’extérieur du territoire britannique, l’entraînement de soldats d’autres nations et l’entraînement de guérilleros à des activités de guerre non conventionnelle et de guerre contre-révolutionnaire en soutien à la politique étrangère du gouvernement britannique”.

Comme nous l’avons dit plus haut, les SAS ont joué un rôle déterminant dans le programme Gladio, en tant qu’organe d’entraînement à la guérilla et au sabotage. Les unités italiennes d’infiltration ont été formées en Grande-Bretagne et les SAS ont construit des cachettes secrètes où les armes étaient dissimulées en Allemagne de l’Ouest. Ils ont également collaboré étroitement avec une organisation suisse armée clandestine appelée P26. Ils ont proposé des formations en Grande-Bretagne, et les SAS se sont également rendus en Suisse.

Les Suisses ont même pris part à un véritable assaut contre un dépôt d’armes de l’IRA, au cours duquel au moins un militant de l’IRA a été tué, révèle Ganser. Ce rôle insidieux se poursuit aujourd’hui. Prenez Simon Mann, le prétendu “ancien” SAS qui a admis avoir été impliqué dans une tentative de coup d’État en Guinée équatoriale, avec le fils de feu Margaret Thatcher, Mark. Ou encore Ben Griffin, l’ex-soldat des SAS qui a parlé, lors d’une conférence de presse de Stop the War en 2008, du rôle de la Grande-Bretagne dans l’enlèvement illégal de personnes et leur remise pour être torturées, et qui s’est vu rapidement signifier une injonction de bâillonnement par le gouvernement britannique.

Il est parfois trop facile de se concentrer sur les atrocités commises par les Américains dans le monde entier, qu’il s’agisse des coups d’État en Amérique latine, du Vietnam ou de la baie de Guantanamo, et de fermer les yeux sur le rôle que notre propre État a joué et continue de jouer en tant que premier partenaire dans le crime des États-Unis.

Il est parfois trop facile de se concentrer sur les atrocités américaines dans le monde, des coups d’État en Amérique latine au Vietnam ou à Guantanamo Bay, et de fermer commodément les yeux sur le rôle que l’Angleterre a joué et continue de jouer, en tant que partenaire numéro un des États-Unis dans le crime.

This image has an empty alt attribute; its file name is image-2.jpeg

L’historien Mark Curtis a écrit dans Web of Deceit en 2003 : “L’idée que la Grande-Bretagne soutient le terrorisme est un oxymore dans la culture politique dominante, aussi ridicule que de suggérer que Tony Blair devrait être inculpé pour crimes de guerre. Pourtant, le terrorisme d’État est de loin la catégorie de terrorisme la plus grave dans le monde d’aujourd’hui, responsable de bien plus de morts dans bien plus de pays que le terrorisme ‘privé’ de groupes comme Al-Qaïda. Bon nombre des pires contrevenants sont des alliés clés de la Grande-Bretagne. En effet, selon toute considération rationnelle, la Grande-Bretagne est l’un des principaux soutiens du terrorisme dans le monde actuel. Mais ce simple fait n’est jamais mentionné dans la culture politique dominante”.

la Grande-Bretagne est l’un des principaux soutiens du terrorisme dans le monde aujourd’hui.

Quelles leçons pouvons-nous donc tirer de tout cela ? Tout d’abord, il est important de reconnaître qu’il existe bel et bien un puissant complexe militaro-industriel capitaliste, qui est totalement impitoyable dans la poursuite de ses objectifs. Il est clair que ce n’est pas spécifiquement le communisme qui est l’ennemi de ce système – bien que pendant la guerre froide et spécifiquement en Italie, les communistes étaient considérés comme la principale menace – mais tout ce qui menace de bloquer la domination de certains intérêts commerciaux. Curtis a écrit que “la Grande-Bretagne a un besoin impérieux de garder les ressources économiques dans les bonnes mains – des élites qui accordent un traitement favorable aux entreprises occidentales”.

This image has an empty alt attribute; its file name is image-3.jpeg

Ce n’est pas seulement par le biais du terrorisme ou de la répression que ce contrôle global est maintenu – il y a toute une série d’activités allant du financement des partis politiques et de la formation des politiciens en devenir, jusqu’au contrôle des médias.

Dans son livre The Culture of Terrorism (1988), Noam Chomsky rappelle comment, pendant la Seconde Guerre mondiale, le président américain Franklin Roosevelt avait annoncé les quatre libertés que les États-Unis et leurs alliés allaient défendre dans le conflit avec le fascisme : la liberté d’expression, la liberté de culte, la liberté de vivre à l’abri du besoin et la liberté de vivre à l’abri de la peur. Selon Chomsky, “la conclusion centrale – et pas très surprenante – qui émerge des archives documentaires et historiques est que la politique internationale et de sécurité des États-Unis, enracinée dans la structure du pouvoir dans la société nationale, a pour objectif principal de préserver ce que nous pourrions appeler ‘la cinquième liberté’, comprise grossièrement mais avec un certain degré de précision comme la liberté de voler, d’exploiter et de dominer, d’entreprendre n’importe quelle action pour s’assurer que le privilège existant est protégé et avancé”.


 Ce contrôle mondial ne s’exerce pas uniquement par le biais du terrorisme ou de la répression – il existe tout un éventail d’activités allant du financement des partis politiques et de la formation des futurs politiciens au contrôle des médias. Nous devons reconnaître cette réalité et orienter nos efforts en conséquence. Par exemple, si ce système est assez impitoyable pour commettre des actes de terrorisme sur son propre public ou organiser des coups d’État pour préserver sa mainmise totale sur le pouvoir, peut-on vraiment croire qu’il permettrait à un groupe radical de lui retirer ce pouvoir en remportant une élection ?

Cela n’arrivera pas, pas plus que les groupes radicaux authentiques ne sont actuellement capables de prendre le contrôle de l’État par une révolution armée. Il ne sert à rien de combattre l’État sur un terrain où il est certain de gagner. Nous devons d’abord chercher des méthodes plus subtiles, non structurées, chaotiques, organiques et subversives pour provoquer le changement et gagner notre liberté, en travaillant par le biais de protestations flexibles et d’actions directes, d’activités communautaires de base, de médias alternatifs – en créant nos propres structures parallèles, si vous voulez.

This image has an empty alt attribute; its file name is image-4.jpeg

Deuxièmement, les révélations d’espionnage policier dans les médias britanniques en 2013 signifient, espérons-le, que davantage de personnes réalisent que les infiltrés de l’État et les agents provocateurs ne sont pas une invention paranoïaque et qu’ils existent réellement. Mais nous devons aussi être conscients que ce que nous savons ne peut être que la partie émergée de l’iceberg et que le rôle des espions d’État ne consiste pas seulement à surveiller ou à saboter, mais aussi à contrôler la direction que prennent les groupes.

Il convient également de noter que les efforts de l’État sont particulièrement fructueux lorsqu’il existe une hiérarchie organisationnelle dont il peut prendre le contrôle. Gianfranco Sanguinetti, dans son livre Of Terrorism and of the State, affirme qu’il est facile pour les services secrets de prendre le contrôle de groupes authentiques et de les manipuler à leur avantage : “Tous les groupes terroristes secrets sont organisés et dirigés par une hiérarchie qui est tenue secrète même pour leurs propres membres, et qui reflète la division du travail typique de ce type d’organisation sociale : les décisions sont prises au sommet et exécutées par la base. L’idéologie et la discipline militaire protègent les vrais leaders de tout risque et la base de tout soupçon”.

Si vous ne suivez pas les ordres, vous ne pouvez pas être utilisé pour les besoins de quelqu’un d’autre

Évidemment, cela ne s’applique pas seulement aux groupes paramilitaires, mais à tout mouvement radical. Chacun a la responsabilité de penser par lui-même. Si vous ne suivez pas les ordres, vous ne pouvez pas être utilisé aux fins de quelqu’un d’autre. Ce n’est pas une coïncidence si ce sont les groupes fascistes et communistes – tous deux très hiérarchisés – qui ont été détournés avec succès à des fins étatiques.

The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism (Hardcover) | Community  Bookstore

Troisièmement, il est clairement important que nous ne nous laissions pas manipuler mentalement par le terrorisme. Le mouvement anticapitaliste aux États-Unis, qui s’était développé après Seattle et d’autres événements, a été largement dissipé par le 11 septembre – un exemple de la doctrine du choc exposée par Naomi Klein dans son fameux livre. Cette vague de dissidence n’a pas vraiment repris de l’ampleur avant le mouvement Occupy. Toute personne active dans la politique radicale à cette époque se souviendra avoir rencontré, après l’attentat des Twin Towers, des personnes qui disaient que le monde avait complètement changé et qu’elles ne pouvaient plus continuer à protester. Le 7 juillet, au camp de Stirling pour les manifestations du G8 de 2005, la nouvelle des attentats de Londres est tombée. Immédiatement, une résolution a été proposée et, d’une manière ou d’une autre, adoptée par un système de vote des délégués, déclarant que, dans ces circonstances, la protestation “conflictuelle” n’était plus appropriée…

Nous devrions également apprendre à faire la différence entre la résistance armée et le terrorisme – à l’échelle mondiale comme à l’échelle nationale – et être capables de déceler les motivations possibles des attaques. Ganser écrit que la Rote Armee Fraktion et les Brigades rouges (bien qu’elles aient finalement été toutes deux infiltrées) ” ne s’attaquaient pas à des rassemblements de masse de la population, mais ciblaient très sélectivement des individus qui, selon eux, représentaient ” l’appareil d’État”, tels que des banquiers, des généraux et des ministres qu’ils enlevaient et souvent assassinaient… Contrairement à la terreur de gauche, la terreur de droite visait à faire peur à toute la société et posait donc secrètement ses bombes dans la population pour tuer indistinctement un grand nombre de personnes afin d’accuser à tort les communistes”.

“il fallait attaquer les civils, le peuple, les femmes, les enfants, des innocents éloignés de tout jeu politique. La raison en était très simple. Ils devaient forcer ces gens, le public italien, à se tourner vers l’État pour demander une plus grande sécurité.

Vinciguerra

Le fasciste Vinciguerra a déclaré : “Il fallait attaquer les civils, le peuple, les femmes, les enfants, des innocents éloignés de tout jeu politique. La raison en était très simple. Ils devaient forcer ces gens, le public italien, à se tourner vers l’État pour demander une plus grande sécurité. C’est la logique politique qui se cache derrière tous les massacres et les attentats à la bombe qui restent impunis, parce que l’État ne peut pas se condamner ou se déclarer responsable de ce qui s’est passé”.


 En définitive, l’arme la plus importante de notre arsenal est l’information. Nous devons faire connaître le mode de fonctionnement de l’État, le fait qu’il a utilisé le terrorisme à des fins personnelles par le passé et qu’il pourrait bien le faire à nouveau. Il ne s’agit pas de supposer automatiquement que chaque attaque terroriste qui se produit est fausse – ce ne sera pas toujours le cas. Mais en étudiant les exemples du passé et les schémas qu’ils tendent à suivre, nous pouvons avoir une assez bonne idée de ce qui risque de se passer et en informer d’autres personnes.


Le but de la terreur d’État est de tromper la population pour qu’elle réagisse de la manière souhaitée par l’État. Si le pouvoir en place sait que plus personne ne se laisse prendre au piège, il n’y aura plus de raison pour lui d’utiliser cette stratégie.

Le but de la terreur d’état est de tromper la population pour qu’elle réagisse de la manière souhaitée par l’État



This image has an empty alt attribute; its file name is Screen-Shot-2021-07-29-at-9.20.08-AM-3-1018x1024.png
Restez attentif à la rotation du gouvernement
*
Questionner le récit
*
Ne tombez pas dans leur merde












Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.